lundi 30 mars 2015

Lanark, une vie en quatre livres - Alasdair Gray

Voici une lecture qui avait pris un peu de retard... C'est l'auteur de Un an en Ecosse... du mois d'octobre. Oui, oups. Je l'avais commencé dans les temps, mais c'est un pavé très dense et riche, donc j'avais fait une pause à mi-parcours, parce que j'avançais très lentement.

Je trouve que la couverture est très bien choisie, elle représente bien le contenu du bouquin !
L'histoire
Qui est Lanark ? Lui-même l'a oublié. Et cette ville étrange où on l'accueille en trouvant normal qu'il ne porte pas de nom, qu'il n'ait pas d'argent et ignore tout d'où il vient ? En quatre chapitres livrés dans le désordre, Alasdair Gray dévoile progressivement l'histoire d'un jeune peintre de Glasgow des années 60-70 amoureux de son travail : son suicide, son arrivée dans un monde improbable, ses retrouvailles avec une femme aimée, sa jeunesse d'artiste perfectionniste et la confrontation avec l'écrivain, auteur de ses jours.
Mon avis

Un OVNI, sans aucun doute... (oui, je sais, je dis ça souvent pour ce challenge). C'est complètement surréaliste, du début à la fin. L'auteur a mis trente ans pour écrire l'histoire, ce qui explique la densité du récit. C'est très dur d'en parler "rationnellement", vu qu'on a l'impression parfois que l'auteur a carburé sous acide. C'est une dystopie surréaliste (est-ce que le terme existe, c'est autre chose).

Pour planter le décor, on commence par le Livre trois (l'histoire est divisée en 4 livres), puis le prologue, etc... L'épilogue, qui arrive avant la fin, nous donne les clés pour comprendre l'histoire et l'objectif de l'auteur, et pour raccrocher les morceaux. L'auteur intervient directement et parle avec son héros, et donne une réflexion sur l'écriture de la fiction. C'est la partie de l'histoire que j'ai préférée.

C'est très déconcertant, mais captivant. Même si j'ai délaissé le livre plusieurs semaines, j'ai raccroché tout de suite les wagons et je me mettais vite "dedans". Pendant une bonne partie du temps, je me demandais s'il s'agissait d'un rêve ou de la réalité. C'est vraiment un livre à part, qui nous pousse à nous demander Mais qu'est-ce que je lis exactement ?, qui refuse les étiquettes. Par moments un peu dur à digérer, mais une expérience à lire...

Idée 115 : Quelque chose de moche
Novembre - Alasdair Gray

vendredi 27 mars 2015

The hand that first held mine (Cette main qui a pris la mienne) - Maggie O'Farrell

Et voici l'Irlandaise du mois de mars.


L'histoire
Lexie a accompli son rêve : rejoindre Londres pour y devenir journaliste. Insolente, sûre d'elle, la jeune femme évolue triomphalement dans le fougueux Soho des sixties, menant de front sa vie professionnelle et de mère célibataire. Jusqu'au jour où le destin se rappelle à elle...
Quarante ans plus tard, Elina, une jeune artiste d'origine finnoise, vient de mettre au monde son premier enfant. Un accouchement qui a failli lui coûter la vie et dont le souvenir obsédant menace de détruire son couple. Car depuis la naissance, son mari, Ted, se comporte de façon très étrange, comme si son inconscient se réveillait d'un profond sommeil. En quête désespérée d'une main qui le guiderait à travers les zones d'ombre de son enfance, Ted va mettre au jour un terrible secret. 
Mon avis 
Quand on lit le résumé, on s'attend à une histoire pleine d'intrigues et de rebondissements. Malheureusement, mes attentes ont été déçues, je me suis franchement ennuyée. Je ne voyais pas du tout où on voulait en venir, l'auteure met énormément de temps à mettre en place son histoire, nous abreuve d'informations qui sur le coup nous paraissent franchement superflues, et quand, aux 3/4 du livre, on commence à entrevoir ne serait-ce que la queue de l'ombre de l'hypothèse que ah oui, y a peut-être un fil conducteur finalement, j'avoue que je n'avais même plus envie de savoir le pourquoi du comment. J'ai failli laisser tomber, je me suis fait violence je dois avouer que j'ai activé le mode lecture en diagonale pour vraiment dire que j'allais aller au bout, mais je ne le recommande vraiment pas !
Mars : Maggie O'Farrell

lundi 23 mars 2015

Délivrance - Jussi Adler-Olsen

Aujourd'hui, dans le cadre du challenge Autour du monde, nous partons au Danemark avec un thriller très sombre ! 


L'histoire
Au fin fond de l’Ecosse, une bouteille ancienne en verre poli est longtemps restée sur le rebord d’une fenêtre. Personne ne l’avait remarquée, pas plus que le message qu’elle contenait. Un message qui commence par le mot Hjœlp, « au secours », en danois, écrit en lettres de sang... Envoyée par la police anglaise à Copenhague, la mystérieuse missive atterrit entre les mains de Mørck et de son équipe. Son déchiffrage révèle qu’elle provient de deux garçons qui auraient été kidnappés dix ans plus tôt. Chose étrange : leur disparition n’a jamais été signalée…

Mon avis

Dans le genre, un thriller très efficace. J'avais beau être un peu fatiguée, j'ai lu les 3/4 du bouquin pendant le week-end. C'est le troisième volet d'une série, mais on peut le comprendre sans avoir lu les autres. Le Département V s'occupe des vieilles affaires non résolues et l'histoire nous entraîne au cœur des sectes et communautés religieuses très fermées. J'ai trouvé que c'était une super idée de départ, d'exploiter le fonctionnement en vase clos de ces communautés pour que des meurtres d'enfants n'arrivent jamais aux oreilles de la police.

J'ai trouvé le style très fluide, on alterne les passages drôles avec les passages noirs. Le personnage du tueur en série est très intéressant, on découvre au fil de l'histoire comment et pourquoi il est devenu ce qu'il est. Quant aux 200 dernières pages, je ne les ai pas vues passer !

En bref, je le recommande pour se dépayser pendant un week-end pluvieux. A lire d'une traite ou presque !

Challenge nordique
Challenge Thrillers et polars
Une étape de mon tour du monde
Un thriller/mystère
Idée 7 : Une bouteille

mercredi 18 mars 2015

Palissade - Franck Villemaud

Voici un très court roman qui m'a été proposé par les Editions Taurnada ! J'avais craqué sur le résumé complètement déjanté.


L'histoire
À sa sortie de l'hôpital psychiatrique, où il a séjourné un temps suite à une séparation douloureuse, Fred emménage dans une petite maison en arrière d'un immeuble, avec pour unique voisin Roland, ancien légionnaire d'une cinquantaine d'années. Sur fond d'alcool et de rock'n'roll, une amitié trouble et déjantée va alors se nouer entre eux, dans le décor inamovible de leur cour commune que divise une vieille palissade en bois. Jusqu'à ce que le passé s'invite à la fête…


Mon avis


Un petit OVNI très sympathique, qui joue avec nos habitudes en commençant par la fin... Il plaira aux mélomanes puisque l'auteur s'amuse à donner l'ambiance musicale de chaque chapitre, titre à l'appui. Autant dire tout de suite que je ne connaissais pas trop les titres cités, mais j'ai bien aimé l'idée.

Le ton est très drôle et coule bien, l'histoire est bien ficelée : pendant la plupart du livre, je me suis vraiment demandée où l'auteur voulait en venir... et je n'ai pas du tout vu venir la chute, très bien trouvée. Tout se dénoue dans les dernières pages, et j'avais envie de relire l'histoire pour voir les choses sous un autre angle. Très bien vu !

Merci aux Editions Taurnada
Challenge Thrillers et polars
Livre dont le titre tient en un mot.

lundi 16 mars 2015

Eureka Street - Robert McLiam Wilson

Voici l'Irlandais du mois... de février. Pas en avance, pour changer! Mais je ne me retiens pas plus longtemps de vous annoncer que ça a été un gros gros coup de coeur !

L'histoire
Dans un Belfast livré aux menaces terroristes, les habitants d'Eureka Street tentent de vivre vaille que vaille. Chuckie le gros protestant multiplie les combines pour faire fortune, tandis que Jake le catho, ancien dur au coeur d'artichaut, cumule les ruptures. Autour d'eux, la vie de quartier perdure, chacun se battant pour avancer sans jamais oublier la fraternité.

Mon avis


Précipitez-vous, il est parfait. C'est le genre de bouquins pour lesquels je relève le nez en plein chapitre, des étoiles dans les yeux, en souriant benoîtement C'est géniaaaaaaaal ce truuuuc !

Par où commencer... malgré les drames, les morts, les bombes, au fond, tout au fond, c'est une belle déclaration d'amour à la ville. J'ai adoré la plume de l'auteur, c'est très agréable à lire et bien écrit, avec juste ce qu'il faut de cynisme, un vrai régal. Le livre sait alterner les tranches de rire et les moments d'émotion, tour à tour nous surprendre avec la soudaineté d'une bombe ou nous bercer avec la mélodie de ses mots... Si j'ai mis un peu de temps pour le lire, c'est que j'avais envie de savourer chaque mot.

J'ai aussi adoré la belle galerie de personnages, avec un gros faible pour le cynisme romantique de Jake, qui me rappelle furieusement quelqu'un (ahem). Bref, un petit bijou !

Je crois que ça irait plus vite si je vous disais ce qui n'allait pas, mais là, rien ne me vient, alors filez !


Un livre de plus de 500 pages
Février : McLiam Wilson

vendredi 13 mars 2015

Le chien des Baskerville - Sir Arthur Conan Doyle

A chaque fois que je lis un Sherlock Holmes, on me dit que je n'ai pas choisi le bon... dernière tentative en date pour le challenge Un an en Ecosse... Du coup, j'ai choisi un titre qui fait référence, peut-être le plus connu de la saga... Je me souviens que je l'avais déjà "ouvert" au collège, mais que je l'avais laissé tomber en plein milieu (oui, oh, bouuh sacrilège).


Pour mémoire, j'avais déjà lu Le signe des quatre et Une étude en rouge.

L'histoire
Sir Charles Baskerville, revenu vivre dans le manoir de ses ancêtres, au coeur des landes du Devonshire, est retrouvé mort à la lisière des marécages, le visage figé dans une absolue terreur. Autour du cadavre, on relève les empreintes d'un chien gigantesque. Ami et médecin de la victime, James Mortimer sait que son patient était troublé par une vieille malédiction : un chien viendrait de l'enfer pour réclamer les âmes des descendants des Baskerville. Il décide de faire appel à Sherlock Holmes pour protéger Henry, l'héritier de la victime.

Mon avis

Bon, je confirme que les Sherlock Holmes, ce n'est pas vraiment ma tasse de thé. Certes, c'était sympa, et il y a du suspens, mais je n'accroche pas du tout à la personnalité de Holmes. Vous me direz, on ne le voit pas trop pendant ce livre, et ça nous fait des vacances, m'enfin.

J'irai jusqu'à dire que je comprend "objectivement" pourquoi les fans aiment ces bouquins, mais j'y reste hermétique, j'en serais presque déçue, car j'avais envie de les aimer :) Que ça ne vous décourage pas de les lire !

Thrillers et polars
Mars
Idée 101 : Un paysage 
Un livre adapté en film
Mars : Conan Doyle

lundi 9 mars 2015

L'ambulance 13 - Patrick Cothias et Patrice Ordas

Le livre du jour est un livre que je n'aurais pas forcément choisi spontanément, mais qu'on m'a conseillé et prêté. Je ne regrette pas le détour !


Petite précision, j'ai lu le roman, pas la BD.

L'histoire
Il s'appelle Louis-Charles Bouteloup. Fraîchement diplômé de la Faculté de Médecine, il se retrouve en première ligne, à Fleury, en décembre 1915. Bouteloup est un nom qui compte en politique, car le baron Horace, père de Louis, est député, lieutenant-colonel et proche du général Pétain. Cette relation privilégiée, loin de le protéger, fera du jeune officier une cible désignée pour les ennemis de l'élu, entre autres le redoutable Georges Clemenceau. Chirurgien de Tranchée, il sera aidé par des hommes de tous horizons : prêtre, souteneur, fils de famille, ouvrier syndiqué, photographe... Aucun n'a choisi de se battre, mais tous risquent leur vie pour rendre la guerre un peu moins inhumaine. Louis connaîtra aussi le secours de femmes remarquables : Isabelle de Ferlon, religieuse et espionne malgré elle ; Marie Curie, conceptrice d'une machine de radiographie mobile qui épargnera bien des souffrances inutiles aux blessés. De Fleury au Chemin des Dames en passant par le Bois des Caures et la Somme, l'aspirant Bouteloup vivra l'horreur au quotidien, sur le fil du scalpel.
Mon avis

Une belle découverte ! J'ai trouvé ce livre intéressant, on y apprend beaucoup de chose sur la vie de ce médecin de tranchées. L'histoire est dure, certaines scènes sont franchement révoltantes, mais on rit quand même malgré tout, ça ne tombe pas dans le pathos. J'ai bien accroché au style, on rentre vite dans l'histoire et on a l'impression "d'y être" et d'entendre les personnages parler. Un beau récit qui m'a fait passer un très bon moment !

48 : Un chiffre ou nombre
Un livre dont le titre contient un nombre
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...